SIMULATION

PATIENTS SIMULES

Le patient standardisé est une personne formée à simuler l’histoire d’un vrai patient et à reproduire systématiquement les signes cli-niques, la personnalité, le langage corporel et les réactions émotionnelles qui auront été définis d’entrée de jeu.

Contrairement à ce que proposent d’autres techniques de simulation, le patient stan-dardisé (PS) est une personne dont les éventuelles interactions restituent toutes les dimensions et la complexité d’une consul-tation. Le réalisme est renforcé par l’aména-gement de l’environnement physique.

SIMULATEURS

Les simulateurs patients sont des manne-quins ressemblant en tout point au corps humain (nouveau-né, nourrisson, enfant, adulte homme et femme).

Plus ou moins perfectionnés, ils peuvent être pilotés par tablette et proposent une multitude de fonctions telles que parler, respirer, réagir à des actions des appre-nants.

Les simulateurs dits haute-fidélité sont pilotés par un technicien de simulation en santé qui peut faire varier les constantes vitales, l’état clinique et interagir directe-ment avec les participants.

HYBRIDE

La simulation hybride est l’association de plusieurs techniques de simulation. Par exemple, le couplage d’un patient stan-dardisé ou acteur avec un système d’entraînement (type bras de perfusion), le tout contextualisé dans un environne-ment adéquat afin de garantir un maximum de réalisme au scénario.

 VIRTUEL

 

La simulation virtuelle est un domaine innovant, scientifique et technique, exploitant l’informatique et des interfaces  comporte-mentales en vue de simuler dans un monde virtuel le comportement d’entités 3D, qui sont en interaction en temps réel entre elles et avec un ou plusieurs utilisateurs en immersion totale par l’intermédiaire de canaux sensori-moteurs.

L’origine de la simulation est très ancienne, mais elle s’est particulièrement développée et implantée, ces dernières années, dans les secteurs tels que l’aéronautique, le nucléaire ou les industries innovantes. Elle permet la mise en situation, au plus proche du réel, du professionnel, le plus souvent pour un entrainement dans une situation de crise. Ces procédures de mises en situation en aéronautique ou dans le nucléaire ont donné lieu à la rédaction de protocoles sécuritaires hautement standardisés; et ces industries sont maintenant considérées comme «ultra sûres».  Il n’existerait, dans ces systèmes, plus beaucoup de marge de progrès inhérente à l’amélioration des procédures et des performances des équipements. Cependant, des erreurs et des événements graves persistent. 

En médecine et en chirurgie, en dépit du développement de méthodes et techniques de soins sophistiquées, avec la mise en place de nombreuses procédures et protocoles centrés sur la sécurité du patient, les prises en soins en général restent classées comme des systèmes « moyennement sûrs » par rapport à l’aviation commerciale et au nucléaire. Il est donc impératif de continuer de développer et d’utiliser la simulation médicale afin de préparer, dans un environnement très proche de la réalité de l’exercice professionnel, les personnels médicaux et paramédicaux à travailler en équipe et ainsi à mieux appréhender la gestion de situations de crise. La simulation s’affirme donc comme une approche pédagogique de plus en plus incontournable pour tous les professionnels de santé.

De nombreuses techniques et outils de simulation existent et peuvent être utilisés de manière complémentaire au sein d’un même curriculum. La simulation concerne aussi bien la formation initiale, la formation spécialisée que le développement professionnel continu. Elle permet l’acquisition de connaissances, de compétences et de comportements dans le but final d’améliorer la prise en charge des patients.  Elle est actuellement largement utilisée dans le monde.

Le

, un centre conjoint

LogoHEDS_HauteRésol.png
Hôpitaux_universitaires_de_Genève logo.g